Je m’appelle Monique, j’ai 37ans et je suis maman d’un petit garçon de 4ans, né handicapé. 

La grossesse était des plus normales. Il n’y avait rien qui annonçait avant la naissance que nous allions vivre une vie totalement différente.

Et tout a commencé, le jour où notre petit garçon est venu au monde. En tant que parent, on se réjouit, on est fier de dire au grand frère qu’il va enfin connaitre son petit frère. On se prépare, on est impatient, on vérifie que tout soit prêt pour la venue du petit être.

Et arrive enfin le jour J. La naissance. Une naissance programmée, par césarienne. Et là, on ne sait  pas encore ce qui va se passer, mais bizarrement, on n’est plus aussi rassuré. On doute, on a peur. On se pose pleins de questions. Personne ne dit rien… 

Puis on est enfin en salle de réveil, et là le papa arrive et malgré  la fatigue on voit, on sent la peur et la tristesse sur son visage et le médecin à ses côtés vous fait comprendre qu’il s’est passé quelque chose.. 

Tout bascule, quand on vous dit qu’il y a un souci  avec votre bébé et qu’il faut l’emmener en réa néonath. On fait le nécessaire, mais vous ne le voyez pas, vous ne pouvez pas vous lever et aller voir de vous-même ce qu’il se passe. Bébé va aller dans un service spécialisé et l’on en peut vous dire exactement ce qu’il va se passer dans les prochaines heures.. 

Que faire ? quelle est la réaction à avoir.. Pourquoi vous ? Toutes ces questions qui vous passent par la tête, ne se posent plus à cet instant précis. Une seule chose compte. Pouvoir voir ce petit bout qui n’a demandé qu’à vivre, pouvoir vous lever et lui dire que vous êtes à ses côtés..

Et puis on vous le pose un instant dans vos bras et là il s’apaise ne crie plus et là, une seule chose vous vient à l’esprit : il faut tout faire pour que bébé s’en sorte et que tout ca ne soit plus qu’un souvenirs. 

Il faut se battre, tout faire pour aider notre enfant à s’en sortir. Tout faire pour que le grand frère qui attend , ne se sente pas triste et puisse  enfin voir ce bébé qu’il a aussi tant attendu. 
Il est important lorsque l’on est face à une telle  situation de garder espoir, de toujours rester positif. Il n’y a rien de plus fort que l’amour d’une famille et d’une fraterie à un enfant malade. 
C’est cet amour qui porte ces enfants vers la voie de la guérison. 

C’est peut-être un combat quotidien, mais c’est aussi un bonheur de chaque jour que de pouvoir admirer les progrès et petits pas dans la vie quotidienne que peut faire un enfant handicapé porté par l’amour. 

Things you might like

Other articles you might enjoy...

Survey icon

Public Opinion…

Have you had to leave a venue early due to lack of suitable changing facilities?