Bien souvent faire les courses avec les enfants devient un véritable parcours sportif. Il faut veiller à ce qu’il reste près de vous, ne fasse pas de caprices, et surtout veiller à ne rien oublier.

Mais quand il s’agit de faire les courses avec un enfant handicapé, il faut surtout veiller aux gens autour de vous.

En fin de semaine, tout le monde est pressé, veut faire ses courses au plus vite, laisse son caddie en plein milieu des rayons, veut être le plus rapidement passé aux caisses.

Je n’avais jamais de soucis avant la venue de notre fils pour faire les courses et cela ne me dérangeait pas de prendre le temps, laisser passer les gens pressés.. Mais aujourd’hui faire les courses devient un véritable moment de stress. Je dois constamment veiller à ce que l’on ne me bouscule pas le caddie pour ne pas cogner notre fils. Je dois constamment faire face à des réflexions méchantes des gens. Par exemple au rayon charcuterie, quand on veut me donner un bout de saucisse pour lui et que je réponds non merci, il ne peut pas en manger, et que l’on me rétorque ; il ne sait pas ce qu’il rate.. je pourrais juste crier..

Pourtant je dois dire que nos enfants et surtout notre fils handicapé, ont plaisir à faire les courses avec moi et je dois dire qu’ils sont très calmes et patients.

Et pourtant il faut constamment y justifier le handicap, alors que ce n’est pas dans nos habitudes.

Que ce soit à la boutique multimédia ou l’on doit justifier du handicap pour accéder en caddie, que ce soit sur le parking ou l’on nous regarde de haut en bas l’air de dire : «  qu’est -ce qu’elle fait sur une place handicapée celle-là » ou bien encore aux caisses quand l’attente est trop longue et que l’on veut passer aux caisses prioritaires puisque notre fils y a droit et que bien souvent les gens qui y vont n’ont aucun handicap et que l’on nous répond : «  il n’est pas en fauteuil et est bien installé dans son caddie alors il n’a qu’à attendre son tour comme tout le monde ». Il faut constamment garder son calme et faire face aux réflexions désagréables des gens. Ce n’est pas parce que c’est un enfant handicapé que l’on peut se permettre ce genre de chose.

Mais une chose est sûre, je ne changerais pas à cause des gens. Je continuerais de faire mes courses avec mon fils et prendrais plaisir à lui faire profiter de toutes les petites choses de la vie. 

Things you might like

Other articles you might enjoy...

Survey icon

Public Opinion…

Do you use a voice-activated speaker such as Amazon Echo or Google Home?