Il n’est pas toujours facile de comprendre ou même d’accepter la situation de handicap lorsque l’on est un petit garçon de 9ans

Notre fils Maxime avait 9 ans lorsque son petit frère est né. Il attendait avec hâte ce petit frère qui allait pouvoir jouer avec lui. Mais il n’a pas été facile pour lui de comprendre que son petit frère aurait pu mourir à la naissance et qu’aujourd’hui il est bien plus fragile qu’un autre enfant.

Il a eu de la peine pour son petit frère, mais dès le début il a été là, du haut de ses 9 ans il a voulu montrer à son petit frère qu’il passerait les barrières du handicap pour le protéger, être près de lui..

Je dois dire que malgré cette vie changée, malgré tout ce que le handicap a bouleversé dans notre vie de famille, je suis admirative de notre fils aîné. J’ai souvent eu peur qu’il se sente lésé, qu’il échoue à l’école ou qu’il se sente différent de ses camarades. Mais non. Il se sent bien, participe,  joue avec son frère, et surtout réussi en classe. Il n’a jamais baissé les bras..

Nous lui avons donné  autant  d’amour et avons toujours été francs et honnêtes face à tout ce qui se passait avec son frère. 

Malgré l’entrée au collège, la nouveauté, il a su et surtout compris que la maladie ne  changerait rien pour lui et que nous serions toujours là pour tous les deux. Il se sent aimé et par-dessus tout il aime son frère. Il sait qu’il peut sortir ou inviter des copains. Il sait que nous faisons des sorties avec lui.

Et surtout il sait que nous sommes autant là pour lui que pour son frère. Et malgré son jeune âge, j’admire sa force et son courage de se sentir bien face à tout cela. J’admire sa force à accepter le handicap de son frère et réussir dans ses études.  J’admire la complicité qu’il a avec son petit frère malgré la maladie. Il  le fait jouer, rire bouger et surtout le rassure s’en occupe merveilleusement bien.

C’est un petit gars si gentil, si sensible, qui aime la vie et surtout qui par amour a su dépasser les barrières du handicap et se créer un lien si fort avec son petit frère.

Un lien si fort entre deux enfants vaut bien plus que tout l’or du monde. Je suis une  maman très fière de mes fils et surtout comblée de voir tant d’amour entre mes deux enfants. 

Things you might like

Other articles you might enjoy...

Survey icon

Public Opinion…

Do you currently volunteer for any charities or voluntary organisations?