Depuis le handicap de notre fils, nous sommes amenés à côtoyer un monde que l’on connaissait peu avant, celui des associations. J’y ai découvert des gens gentils, attentionnés, avec le cœur sur la main et toujours disponibles ne serait-ce que pour discuter un peu.

Il y a plusieurs sortes d’associations pour venir en aide aux enfants handicapés. Celles qui récoltent des fonds pour réaliser  les rêves  de ces enfants et d’autres associations qui soutiennent les familles, améliorent les conditions de vies de nos enfants à l’hôpital ou dans les centres pour polyhandicapé.

Chaque année en Avril, nous passons la journée à Turckheim, un petit village de la route des vins connu aussi pour des courses de voitures. Et à cette période, l’association  «  Rêves » y organise des baptêmes de copilotes dans des voitures de course ou de rallye.  Et tous les bénéfices de cette journée permettent ensuite à cette association de réaliser des rêves d’enfants handicapé. Des rêves comme rencontrer son idole, faire de l’avion, nager avec les dauphins, tant d’espoir pour des enfants..  C’est un plaisir chaque année que de donner un peu de soi a cette association et chaque fois, que ce soit pour les bénévoles comme pour le public, on sent l’envie de faire plaisir aux enfants.

Mais j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer une autre association, les Semeurs d’étoiles, qui elle soutient les enfants et familles à l’hôpital, y améliore le quotidien de nos enfants et qui cette année pour son anniversaire a fait un don incroyable d’une aire de jeu spécialement adaptée aux enfants handicapés et qui a été installée dans le centre polyhandicapé ou séjourne notre fils.

Un don incroyable, une belle rencontre entre un homme au grand cœur et son association qui a découvert finalement le monde des enfants handicapé. Une journée touchante, où j’ai fait la rencontre de gens attentionnés, qui ont envie de donner de leur temps et de leur cœur pour nos enfants.  Un moment inoubliable que cette rencontre car pour la majorité de ces enfants ils ont vécu à l’hôpital un moment avant d’être aujourd’hui en centre polyhandicapé.

Sans ces associations et leur investissement, nos enfants n’auraient pas toujours les possibilités de progresser et les parents ne pourraient pas toujours tout assumer.

Je tiens par cet article à leur montrer aussi notre reconnaissance et j’admire le courage qu’ils ont de continuer à se battre chaque jour pour nos enfants.

Things you might like

Other articles you might enjoy...

Survey icon

Public Opinion…

Do you know the difference between anxiety and depression?